Résidu électrique

Résidu électrique parcourant tout mon corps en ordre croissant,
Fourmillant le long de mes membres rachitiques,
Quand tu pénètres en moi, je le sens
Et quand tu fais ressortir tout ce qu’il y a de plus mauvais,
Je sais que c’est bien toi à l’intérieur.

Tu trouves toujours un moyen de t’infiltrer :
Absorption complète, mon organisme te répand et t’étend.
Courant dans la chaleur de mes veines,
Je ressens ton emprise, couvrant toute la surface de ma peau,
Tu ne pourrais pas être plus près…

Tu surgis et tu envahis, tout flambe en moi,
Tout brûle à cause de toi, tout autour, il y a
Ta niche, tes filaments de velours abritant ta laideur.
Tu viens d’en bas, du chaos de mes entrailles,
Se levant pour une énième fois, tu me retournes…

Mais qu’attends-tu pour déchirer mon sang ?
Jusqu’à ma mort en dedans pour une énième fois me retrouver.
Devenir fou jusqu’à ma mort, en dedans.
Pour que le son rentre et vienne pour la dernière fois m’opérer.
Je ne peux pas respirer et venir comme je suis…

La profondeur occulte et vacille en d’infimes circonstances,
Et l’écho resurgit en ondes disloquantes,
Répartissant à travers la pièce…
Avec cette nuit, je ne pourrai rien faire de plus,
Rien qui ne vaille trop la peine.
Ton huile se déverse et je le ressens, cette rage impure.
Viens dans mes alentours, je te ramènerai.