Quand est-ce que tu m'embrasses ?

Je ne voudrais pas paraître trop insistant
Ni même que vous y trouviez un vil intérêt
Alors je fuis avec aisance et je me fais discret
Mais quand je vous vois dans la danse
Et que toujours vous tournoyez,
Vous me faites perdre la tête,
Comme à chaque fois que vous souriez.
Alors j’imagine, prenant mon courage à deux mains
Et osant vous dire face à face
En plongeant au plus profond de vos yeux :
« Quand est-ce que tu m’embrasses ? »
Et comme un fou-furieux,
Je ne te laisserais pas la place
De comptez jusqu’à deux,
Te contant mes doux rêves
Et mes brèves envies,
Désirant goûter tes lèvres,
Trêve de plaisanterie !
Alors, comme une fleur que l’on aime, une rose,
Je prends soin de vous et vous dépose,
N’espérant rien qui ne vaille la peine
De gâcher une chance de vous revoir,
Vous observer, vous émouvoir.
Et demain, je pourrai encore vous approcher,
Vous faire la cour et vous aimer secrètement,
Rien de mal intentionné, bien au contraire.
Et si je m’inquiète de votre bonheur,
Si je me préoccupe de ce que vous n’ayez besoin de rien,
C’est parce que j’imagine, prenant mon courage à deux mains
Et osant vous dire face à face,
Sculptant la perfection de vos courbes :
« Quand est-ce que tu m’embrasses ? »
Et comme un fou-amoureux,
Je ne te laisserai pas la place
De compter jusqu’à deux.
C’est à ce moment que je t’enlace,
Apaisé par la chaleur que tu dégages,
Emu par le parfum de ton baiser et las…