NPAI

J’ai traversé bien des rues,
J’en ai croisé des pavés
Et autres concierges,
À expliquer, à convaincre
Que je t’avais perdue.
J’en ai fait des kilomètres,
Rien que pour un nom, une adresse.

Et le courrier est arrivé,
Ma lettre de deux semaines auparavant,
Tamponnée, pas même ouverte,
Avec la même mention sur le dessus :
« N’habite plus à l’adresse indiquée ! »

J’en ai attendu des indics,
Plus mal famés que beaux parleurs,
J’en aurai passé des coups de fils
Je ne sais plus où ni à quelle heure,
Pour te rechercher et obtenir
Un nom et une adresse…

Et ma lettre s’en est retournée,
Une semaine auparavant, le courrier
Tout frais tamponné, à peine expédié,
Avec marqué en gros sur le dessus :
« N’habite plus à l’adresse indiquée ! »

Il m’en aura fallu de l’ardeur,
De la patience à te chercher,
T’écrire, espérer…
Combien d’heures j’en ai passé,
Derrière mon style et ma feuille blanche,
T’attendant sans cesse,
T’écoutant à merveille
Quand je m’inspirais de ton souffle vaillant
Pour t’écrire, pour un non, une maladresse.

Et l’enveloppe n’est jamais partie,
La lettre, sitôt couchée, est bien restée secrète,
Pas même cachetée, pas même prête,
Avec cette empreinte sur le dessus :
« N’aime plus à l’adresse indiquée ! »